Dans cet article, nous abordons un type de contenu sur la santé et l’intérêt général: le danger de la lumière bleue. L’argumentation de ces risques est donnée par la prise de position de la CIE (Commission internationale de l’éclairage) concernant le sujet à traiter.

La CIE est reconnue mondialement pour sa coopération dans l’échange de données et d’informations sur tous les sujets liés à la technologie de l’éclairage, de la photobiologie, de la couleur et de l’image.

Compte tenu de ses bases techniques solides et de sa reconnaissance par l’ISO en tant qu’organisme de normalisation, nous pensons qu’il est important de divulguer ce type de publications scientifiques qui peuvent nous concerner tous.

En outre, il convient de noter qu‘Asselum est membre de la CIE et participe à de nombreux groupes de travail en tant que conseiller expert. Une raison de plus pour partager cette nouvelle.

Quel est le danger de la lumière bleue?

Le danger de la lumière bleue est généralement défini comme le dommage oculaire réel et son influence sur le bien-être général. Ce risque provient de l’exposition d’un individu à la lumière bleue présente dans les sources lumineuses.

Cependant, le terme ne devrait être utilisé que lorsque se produit ce qu’on appelle “photomacotherapy“. Ce concept représente le risque photochimique pour les tissus rétiniens de l’œil.

Le mot “bleu” est inclus dans le concept car le risque est lié à la longueur d’onde, son maximum se situant dans la plage bleue du spectre du rayonnement optique (entre 435 nm et 440 nm).

En outre, comme l’a expliqué la CIE:

La Commission internationale de protection contre les rayonnements non isolés (ICNIRP) a publié la” fonction de danger de la lumière bleue “, une fonction de pondération dépendant de la longueur d’onde et un guide des limites d’exposition. 

La CIE a normalisé cette fonction dans la CIM S 009: 2002 “Sécurité photobiologique des lampes et des systèmes d’éclairage”, actuellement publiée sous la référence CEI / CIE 62471: 2006.”

La conclusion de ceci a été:

“Il n’y a aucune preuve d’effets néfastes sur la santé chez l’homme résultant d’une exposition occasionnelle à des rayonnements optiques aux limites d’exposition citées.”

Un autre aspect important est la lumière blanche émise par les lampes et les LED. Normalement, cela inclut une proportion de lumière pertinente au danger de la lumière bleue.

Les lampes dites “froides” ou à haute température de couleur ont une plus grande proportion de lumière bleue que “chaude” ou une température de couleur basse.

Certaines études montrent que les limites du danger d’exposition au danger de la lumière bleue ne sont pas dépassées dans des conditions d’utilisation raisonnables. En outre, ces niveaux d’exposition sont généralement inférieurs à quelque chose d’aussi simple que de regarder le ciel bleu.

Exposition réelle des yeux au danger de la lumière bleue

Une série d’études ont été menées et soutenues par des médias qui affirment l’existence d’effets néfastes sur les sources de lumière blanche. Malgré cela, les conditions dans lesquelles ces expériences ont été réalisées sont inhabituelles et comprennent:

  • Une exposition prolongée
  • LED de température de couleur élevée.
  • Expositions considérablement plus importantes que celles exprimées sous forme de limites dans la CIPRNI
  • Fixation des sources de lumière
  • Utilisation de modèles animaux nocturnes ou de cellules humaines in vitro.

Cela dit, il est essentiel de souligner plusieurs aspects que nous exposions ci-dessous:

E

"Une source de lumière blanche émettant de la lumière bleue à des niveaux suffisants pour se rapprocher de la limite de danger d'une exposition à la lumière bleue doit être extrêmement lumineuse et émettre également des reflets."

E

. "La plupart des gens perçoivent un éclairage avec une température de couleur très élevée comme étant désagréable et inconfortable, en particulier dans l'éclairage domestique."

E

"Dans des conditions d’éclairage normales, nous sommes soumis à des expositions transitoires à des niveaux de lumière élevés. Nous pouvons avoir plusieurs expositions par jour. Malgré cela, leur accumulation ne supposera pas dépasser les limites acceptables d’exposition."

Conclusions

Ainsi, la CIE a estimé que le risque de lumière bleue n’est pas important pour les sources de lumière blanche utilisées dans l’éclairage général.

Cependant, des précautions sont conseillées pour des expositions constantes se rapprochant de la limite d’exposition.

Par contre, pour les sources émettant principalement de la lumière bleue, des précautions particulières doivent être prises. Surtout dans l’exposition aux yeux des enfants, même si elle ne dépasse pas la limite de danger de la lumière bleue.

Ces informations doivent être soulignées lors de l’utilisation de ces sources lumineuses dans des jouets ou des appareils pouvant être vus par les enfants. Plus important encore dans les sources de lumière qui émettent un rayonnement violet.

Il est également supposé que la lumière bleue est liée à la dégénérescence maculaire; bien que ces déclarations ne soient pas scientifiquement étayées.

Enfin, le risque de lumière bleue ne doit pas être lié au trouble du sommeil. Malgré cela, la CIE reste prudente face aux préoccupations du public et publiera une déclaration de position ultérieurement.

Web realizada con el apoyo de

logo-accio